CHIMERIC

  rue des Sports 12,
  6724 Marbehan,

  Belgique

  Gsm: 0475/42 03 78

  TVA BE 0535 706 551

  TVA FR 37 819 779 471 

Heures d'ouverture:

  Du lundi au vendredi
  de 8 à 12h, et
  le jeudi de 13 à 17h,

  sur rdv uniquement.

Contactez-nous

page-atelier

Actualités

07 Août 2017

Tonnelle-pagode PRO 4x4m à vendre Nous vendons notre pagode Alu, couleur champagne (blanc cassé).Prix demandé: 2100..

29 Avril 2016

Petit article sur le millepertuis et le jardin du Clos des Chimères La plante mise à l'honneur par le magazine "Le P'..

01 Mars 2016

La Province de Luxembourg lance un appel à projets "Notre jardin... un partenaire durable" ... et Chiméric vous encou..

12 Octobre 2015

Chiméric vous propose un nouveau panier d'automne 2015: bulbes et outils Felco Cet automne 2015, Chiméric vous propos..

 


 

  Conception - Aménagement de jardin
Pépinière - Vente plantes indigènes sauvages

Formations - Ateliers - Accompagnement

 


 

Nos clients viennent de:
  Marbehan - Habay - Arlon - Libramont - Jamoigne - Tintigny - Neufchateau - Chiny - Florenville - Attert - Aubange - Bertrix - Léglise - Messancy - Virton - Etalle - Province de Luxembourg - Wallonie - Belgique - Nord de la France - Grand-Duché de Luxembourg
    Chimeric

    Même si nous sommes sensibles à la préservation de la biodiversité et préférons encourager les plantes indigènes dans notre jardin, il peut nous arriver de tomber sous le charme d'une plante horticole exotique* croisée dans un parc ou dans les rayons d'une pépinière.

    Rien ne sert de culpabiliser. Les plantes exotiques sont souvent inintéressantes pour la faune locale mais un ou deux exemplaires peuvent tout à fait intégrer votre jardin sans en déranger l'équilibre.  Pour cela, une condition très importante à respecter: vérifier que cette magnifique plante exotique sur laquelle vous avez jeté votre dévolu ne présente aucun risque de devenir envahissante (ou dite 'invasive' selon l'anglicisme).

    En effet, une fois sortie de leur environnement naturel, certaines plantes qui résistent généralement à de grandes variations des conditions environnementales, peuvent devenir problématique par leur capacité de colonisation. Comme elles ne rencontrent plus aucun prédateur ou espèce suffisamment concurrente, ces espèces exotiques colonisatrices en deviennent envahissantes. Elles modifient la composition, la structure et le fonctionnement des écosystèmes naturels ou semi-naturels dans lequel elles se propagent. En prenant toute la place, elles créent de véritables déserts écologiques. Il est primordial que toute personne manipulant des plantes (particuliers, commerçants, jardiniers, agriculteurs,...) prenne conscience de ce fléau, et agisse en conséquence, en s'informant sur les espèces à ne pas faire circuler ou introduire chez soi.

    Dans le projet "Réseau Nature" de Natagora, sont considéres comme plantes invasives la renouée du Japon, la berce du Caucase et la balsamine de l'Himalaya. Ces trois espèces posent déjà beaucoup de problèmes en Belgique et sont le sujet de nombreuses études cherchant un moyen de régulation. Consultez les fiches descriptives de ces espèces et les moyens de lutte sur le site de la Cellule d'appui à la gestion des invasives.


    Renouée du japon.

    D'autres plantes sont en voie de devenir problématiques et sont à éviter. Toutes les plantes inscrites dans la liste noire et grise des espèces invasives doivent être contrôlées, limitées et si possible éliminées de votre terrain. (Le site est malheureusement en anglais, mais vous pouvez afficher la liste des noms en français en sélectionnant la langue en tête de colonne. Les plantes font partie de la catégorie "vascular plants".)
    Un exemple: l'arbre à papillon (Buddleia davidii) est connu pour sa robustesse, sa floraison abondante et longue. Il est recherché pour son attrait des papillons.

    Malheureusement celui-ci se reproduit très (trop) bien par graines et peut s'avérer très envahissant. Appréciant particulièrement les sols pauvres et secs, il colonise entre autre les abords des voix ferrées. S'il vous arrive de prendre le train à/vers Namur, vous le verrez en grand nombre sur les bas cotés du chemin de fer.
    Les chercheurs le surveille, commes d'autres plantes (spirée asiatiques Spirea spp., laurier cerise Prunus laurocerasus...). Ces plantes sont toujours proposées à la vente sans que les professionnels ne nous avertissent suffisamment de cette problématique.

    Je vous encourage donc vivement à consulter la liste noire et grise des espèces invasives(mise à jour périodiquement) avant d'acheter une plante exotique. Ce serait dommage de mettre en péril l'équilibre de votre jardin naturel, aménagé avec soin et attention.
    Restons conscients de l'intérêt tant esthétique qu'écologique de nos espèces indigènes. Un jardin vivant accueille un cortège phénoménal d'êtres vivants utiles pour réguler ceux qui sont indésirables. C'est en favorisant une majorité de plantes indigènes, que nos amis sauvages travailleront gratuitement à entretenir et embellir nos jardins. ;-)

    Liens:
    - Cellule d'appui à la gestion des invasives (ULg, Gembloux Agro-Biotech, Unités Biodiversité et Paysages)
    - liste noire et grise des espèces invasives sur le site de la plateforme Biodiversité Belge.

    ________
    * exotique: qui ne provient pas de votre région.